Sylvia Pinel, présidente du Parti radical de gauche (PRG) et candidate à la primaire organisée par le PS, a affirmé mardi qu’elle souhaitait « parler particulièrement » de l’égalité femmes/hommes dans cette campagne, lors d’un déplacement aux Mureaux (Yvelines).

« La question du droit des femmes, c’est un engagement qui est en moi depuis très longtemps », a-t-elle souligné. « Être la seule candidate femme à cette primaire fait que je souhaite parler particulièrement de ce sujet et des combats que nous devons encore mener pour atteindre cette égalité femmes/hommes », a poursuivi l’ancienne ministre du Logement. […]

Consulter l’article complet sur : lcp.fr

Lire la suite

Le constat est récurrent. Le monde qui se donne à voir dans les médias français est essentiellement masculin. La dernière grande étude sur le sujet ne fait que confirmer cette situation. Malgré une série d’initiatives majeures, par exemple la mise en place du site en ligne des Expertes, les femmes sont toujours aussi « manquantes » dans les médias alors même que la profession journalistique connaît une réelle féminisation (35 923 cartes de presse ont été attribuées en 2015, dont 16 693 à des femmes).

Rendre visible cette invisibilité des femmes dans les médias et déconstruire les mécanismes d’exclusion, tels étaient les enjeux du colloque organisé début novembre, à l’Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine (IJBA) par un collectif de chercheures et de chercheurs de l’université de Bordeaux-Montaigne (Viviane Albanga, Jean-François Brieu, Marie Christine Lipani, Rayya Roumanos) en partenariat avec le laboratoire MICA, le quotidien régional Sud Ouest, TV7, le club de la presse de Bordeaux et l’association Médiactuelles. […]

Consulter l’article complet sur : theconversation.com

Lire la suite

« Par décret du Président de la République en date du 30 décembre 2016, pris sur le rapport du Premier ministre et visé pour son exécution par le grand chancelier de la Légion d’honneur, vu la déclaration du conseil de l’ordre portant que les présentes élévations sont faites en conformité des lois, décrets et règlements en vigueur, le conseil des ministres entendu, sont élevés pour prendre rang à compter de la date de réception dans leur dignité:

Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche

Au grade de commandeur

Mme Pileni (Marie-Paule, Alix, Eugénie), professeure des universités en physique-chimie à l’université Pierre et Marie Curie Paris-6, membre de l’Académie européenne des sciences. Officier du 5 novembre 2009. »

La Fédération Femmes Administrateurs toute entière lui adresse ses sincères félicitations.

Source : legiondhonneur.fr

Lire la suite

Les deux lois « Copé-Zimmermann » du 27 janvier 2011 et « Sauvadet » du 12 mars 2012 ont fixé au 1er janvier 2017 l’échéance pour atteindre 40% de femmes (ou un écart maximum entre femmes et hommes de 2 pour les CA de 8 membres et moins) dans les conseils d’administration ou de surveillance de toutes les entreprises de 500 salariés et plus et présentant un chiffre d’affaires d’au moins 50 millions d’euros, de même que dans les Etablissements Publics à caractère Industriel et Commercial (EPIC) et les Etablissements Publics à caractère Administratif (EPA). […]

Consulter l’alerte complète : cliquer ici

Lire la suite

La majorité des entreprises espagnoles n’appliquent pas les mesures d’égalité entre les femmes et les hommes, selon une récente étude du cabinet de consulting Leialta.
Les entreprises espagnoles ne sont pas un modèle d’égalité hommes-femmes. En effet, 90% ne respectent pas la parité. Le cabinet de consulting Leialta a réalisé une étude exhaustive sur le sujet, il en résulte que la majorité des entreprises ignorent les recommandations du ministère de la Santé, des Services Sociaux et de l’Égalité pour la parité entre travailleurs.

Le résultat s’avère assez alarmant pour les auteurs de l’étude car les entreprises implantées en Espagne se doivent de respecter l’égalité de traitement et éviter toute discrimination entre les employés. De plus, il existe une loi pour l’égalité effective entre les femmes et les hommes, la loi organique 3/2007 du 22 mars (LOIEMH), qui établit que les entreprises de plus de 250 salariés doivent appliquer un plan d’égalité. […]

Consulter l’article complet sur : www.equinoxmagazine.fr

Lire la suite

Les professions culturelles souffrent manifestement d’un déficit sérieux. Le ministère de la Culture avait déjà souligné mi-novembre que la féminisation des métiers avait progressé, certes, mais assez lentement entre 1991 et 2016. Après la publication du rapport de Marie Gouyon, Frédérique Patureau et Gwendoline Volat, La lente féminisation des professions culturelles, des axes de réflexion sont présentés.

À l’occasion d’une réunion qui s’est déroulée le 15 décembre, la ministre de la Culture, Audrey Azoulay a retrouvé les membres du comité ministériel pour l’égalité. Une feuille de route a été présentée et adoptée (voir en fin d’article), avec six mesures phares exposées ci-dessous. […]

Consulter l’article complet sur : actualitte.com

Lire la suite

En matière de parité, les entreprises françaises sont loin de donner l’exemple, à l’image de l’Islande, et risquent de le payer cher. Dès le 1er janvier 2017, les sociétés cotées et de taille moyenne vont devoir se plier à la loi Copé-Zimmermann, mise en place en 2011, qui impose la présence d’au moins 40% de femmes au sein des conseils d’administration, sous peine de sanctions.
Une condition loin d’être respectée et ce, en dépit des cinq ans accordés pour rétablir la mixité. Car la plupart des sociétés en danger, à l’instar de Carrefour ou Orange pensent passer entre les gouttes et payer une simple amende en contrepartie. Or, les pénalités prévues, telles que le gel des salaires ou l’annulation des nominations d’administrateurs pour l’année 2017. vont bien au-delà de l’astreinte.

Consulter l’article complet sur : journaldesfemmes.com

Lire la suite

On le sait, les inégalités hommes-femmes restent persistantes, surtout aux niveaux les plus élevés, qu’il s’agisse de l’entreprise ou la politique.

Selon une étude du World Economic Forum, il faudrait encore 170 ans pour éliminer les disparités économiques entre hommes et femmes à travers le monde. Et ce alors qu’en 2015 l’institution ne prévoyait « que » 118 ans, comme le rapporte The Guardian. « Avec plus d’une décennie de données, on peut voir que la progression est trop lente pour qu’une moitié de l’humanité réalise tout son potentiel », écrit l’institution.

Des chercheurs ont trouvé explication parmi d’autres, peut-être un peu insolite, à ces disparités, du côté…des courses de jet-ski au Japon.

Consulter l’article complet sur : atlantico.fr

Lire la suite