Le mot de la Présidente

Un nouveau gouvernement se met en place, dans le contexte d’une volonté de refondation politique exprimée  par le Président de la République.

Est-ce le début d’une nouvelle gouvernance pour notre pays, promesse de la prise en compte de toutes les compétences, de tous les individus, de la remise en cause de tous les conservatismes  pour promouvoir un progrès bénéfique à tous ? C’est sans doute l’espoir des Français. C’est aussi  pour la FFA un espoir, car nos réseaux membres, qui partagent la préoccupation de la mixité dans les conseils d’administration,  savent à quel point la modernité est nécessaire dans les organisations.

Ce gouvernement est paritaire, quoique des commentateurs aient noté que les femmes occupent très peu les postes régaliens réputés les plus sensibles. Ce gouvernement affiche une volonté claire en faveur de l’égalité des femmes et des hommes, quoique le ministère en charge ait été ravalé au rang de secrétariat d’Etat. L’essentiel est sauf, en apparence du moins.

C’est le travail du gouvernement qui montrera si une gouvernance plus moderne et plus mixte se met réellement en marche, Cette gouvernance moderne, c’est la question du fonctionnement même de l’exécutif, qui doit sortir de ses vieilles habitudes. Que faut il sans doute changer ?

Les cabinets pléthoriques des ministres, remplis seulement de jeunes hommes pressés qui ne sont responsables de rien mais commandent aux directeurs d’administration. L’absence de moyens du premier ministre, conduit à arbitrer trop souvent entre intérêts des ministères dont ne sortent souvent que des compromis. L’absence de mixité des conseils d’administration d’ établissements publics, pourtant démembrements importants de l’Etat, avec une loi non appliquée (article 52 de la loi Sauvadet). Espérons que le signal de la modernité aille au-delà de la simple problématique de la moralisation de la vie publique. Nous observerons avec attention.

A la FFA nous veillerons à l’application des lois sur la mixité et la bonne gouvernance. Certes les chiffres sont bons pour les CAC 40 et le SBF 120, sous réserve des AG de cette année.  Mais il faudra aller plus loin, encourager autant que rappeler à la loi. Notre Fédération encourage le mouvement positif, et continuera à faire oeuvre de conviction auprès des chefs d’entreprises, notamment moyennes, et de tous les leaders d’opinion, sur le lien fort qui existe entre mixité et performance dans les organisations et les instances de gouvernance. 

mixite

Consulter la Newsletter de la FFA du mois de janvier 2017 : cliquer ici

Lire la suite

L’article présente de manière détaillée et complète en terme simples le contenu utile pour les dirigeants de société des articles de la loi du 11 janvier 2011, dite Loi Copé Zimmermann, et son complément par l’article 67 de de la loi n° 2014-873 du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.

Lire la suite

Lancement du livre « Génération #Startuppeuse ou la nouvelle ère », de Viviane de Beaufort, chez Eyrolles.

Retrouvez tous les événements 2017 de l’ESSEC – Gen #Startuppeuse […]

Lire la suite

59,9 ans celui des membres des Conseils du CAC40

55.3 is the average age of CAC40 Executive Committees’ members

59.9 for the CAC40 Directors

Source : ethicsandboards.com

Lire la suite

Article paru sur The Conversation sous la signature de Caroline Diard.

Le 1er janvier prochain au plus tard, les entreprises devront être en conformité avec les quotas imposés par la loi n° 2011-103 du 27 janvier 2011 relative à la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d’administration et de surveillance et à l’égalité professionnelle, à savoir 40 % de femmes.

La proximité de cette échéance nous invite à réfléchir sur les problèmes réels ou supposés liés au syndrome du plafond verre dont serait victimes les femmes. […]

Consulter l’article complet sur entreprise.news

Lire la suite

Puisque le sujet s’y prête, osons la remarque sexiste… Marie-Jo Zimmermann entend bien s’y prendre comme un homme pour poursuivre son travail parlementaire sur la féminisation des instances exécutives. Éclairée par l’actualité sociétale depuis que sa loi sur la parité dans les gouvernances d’entreprise est entrée en vigueur, la députée de Moselle envoie la couleur sur ses prochains objectifs : « Regardez l’état des intercommunalités avec ces vice-présidents à la pelle. C’est catastrophique, cela ne peut plus durer ! La loi Copé-Zimmermann n’a que six ans concernant les conseils d’administration et elle a déjà bousculé des habitudes. En politique, on ne peut se contenter d’être représentées au niveau départemental ou régional, il faut que nous le soyons à tous les niveaux. Et j’irai jusqu’aux intercommunalités, mes discussions avec François Fillon vont actuellement dans ce sens ». […]

Lire l’article complet sur : republicain-lorrain.fr

Lire la suite

En 2016, 36% des personnes prenant la parole à l’écran sont des femmes, soit la même proportion qu’en 2014, alors qu’elles représentent 52% de la population française, selon la nouvelle édition du Baromètre de la diversité du CSA consacré à l’équilibre homme/femme. De même, concernant la représentation des femmes dans les différentes catégories de programme, les résultats de 2016 font apparaître une diminution du taux de présence des femmes dans : les magazines et documentaires (32% vs 34% en 2014), la fiction (35% vs 37%) et la fiction française récente de moins de 3 ans (37% vs 41%). En revanche, selon le CSA, 3 catégories de programmes sont en légère hausse : les divertissements (41% vs 39% en 2014), l’information (37% vs 36%) et le sport (17% vs 16%). En outre, les femmes sont davantage mises en avant dans des rôles « secondaires » (35% vs 33%) que dans des rôles d’héroïnes (33% vs 32%) ou des rôles « principaux » (33% vs 40%). Enfin, si le taux de femmes héroïnes est en hausse dans les fictions (28% vs 25%), il est en revanche en baisse dans les magazines et documentaires (27% vs 33%) ainsi que dans l’information (46% vs 51%). […]

Lire la suite de l’article sur www.cbnews.fr

Lire la suite

Madame CENTEMERO prépare actuellement un rapport sur « Renforcer le droits des femmes dans l’économie ». L’objectif principal de ce rapport, et de la résolution soumise au vote de l’Assemblée qui en dérivera, est de recueillir des indications sur les politiques, législations et actions visant à promouvoir la participation des femmes dans l’économie.

A l’occasion de cette rencontre, Madame Brigitte LONGUET a mis en exergue les lois paritaires en France et leurs résultats à ce jour, a évoqué les actions de la FFA en faveur de l’égalité femmes/hommes et du leadership féminin ; et a aussi, à la demande de Madame CENTEMERO, proposé des recommandations pour la résolution qui sera soumise à l’Assemblée du Conseil de l’Europe, notamment :

· Encourager les initiatives à la formation sur le thème de la mixité, à tous les échelons de l’entreprise ;
· Avoir un contrôle efficace au sein même de l’entreprise, visant à vérifier l’égalité des salaires et l’évolution des carrières des femmes ;
· La nécessité d’avoir des instances de contrôle externe à l’entreprise et de faire une large application des sanctions, même si c’est un mal nécessaire.

Malgré l’évolution des mentalités, la Présidente Brigitte Longuet a rappelé qu’ils restaient toujours des blocages dans la société, d’où le besoin de rester vigilantes.

Lire la suite