Le mot de la présidente

Chères amies et collègues, chers amis et collègues de la FFA,

Nous avons ensemble, les réseaux fondateurs et adhérents, décidé de prendre le virage d’un nouveau mandat pour la présidence de la Fédération, en ce mois de mars 2017, et je vous remercie pour la confiance que vous avez accepté de m’accorder.

Je souhaite avant toute chose remercier très sincèrement Brigitte Longuet, que nous avons désignée présidente d’honneur par acclamation lors de notre dernière assemblée générale. Sans son action continue et son enthousiasme permanent, la FFA n’aurait pas pris toute l’ampleur qu’elle a aujourd’hui. Sans l’énergie et le dynamisme de notre première présidente Agnès Bricard que je souhaite aussi remercier, la FFA ne serait pas.

C’est un honneur de se placer dans leur sillage à toutes deux et de reprendre le flambeau.

Notre enjeu devient différent en cette sixième année d’application de la loi Copé-Zimmermann alors que, comme Brigitte Longuet nous le rappelait dans son message de voeux, aujourd’hui les femmes comptent pour 39.6 % de la composition des conseils d’administration du CAC 40 et 38 % pour le SBF 120 au 1er septembre 2016. Mais c’est loin d’être le cas pour les ETI. Sans parler des établissement publics, qui appliquent très mal la réglementation qui leur estdédiée (article 52 de la loi Sauvadet de mars 2012).

Notre Fédération doit encourager le mouvement positif  qui existe, et continuer à faire oeuvre de conviction auprès des chefs d’entreprises, notamment moyennes, et de tous les leaders d’opininon, sur le lien fort qui existe entre mixité et performance dans les organisations et les instancs de gouvernance.  C’est l’objectif principal que nous nous fixons collectivement pour l’année.

Agnès Arcier

Cet article vous a plu : partagez-le !
-- PUBLICITE --
Congrès des DAF 2015

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut