Agnès Bricard reçoit l’insigne d’officier de la Légion d’honneur des mains de Paulette Laubie

Agnès Bricard, présidente d’honneur du Conseil supérieur de l’ordre des experts-comptables, fondatrice de la FFA – Fédération Femme Administrateurs – administratrice de l’Union des femmes décorées de la Légion d’honneur, a reçu l’insigne d’officier de la Légion d’honneur des mains de Paulette Laubie, fondatrice du Cefec (Conseil européen des femmes, entreprises et commerces), première femme commandeur de la Légion d’honneur au titre des droits des femmes, grand-croix de l’Ordre national du Mérite, chevalier des Palmes académiques, et de Martine de Boisdeffre, présidente de la section du rapport et des études du Conseil d’État, ex-directrice des Archives de France, officier de la Légion d’honneur et de l’Ordre national du Mérite, commandeur des Arts et des Lettres.

Au cours de la cérémonie de remisede l’insigne, organisée le 8 mars dernier pour la Journée internationale des femmes, Paulette Laubie et Martine de Boisdeffre ont rappelé le parcours d’Agnès Bricard.

UN PARCOURS DE GAGNANTE !

Avant même l’obtention de son diplôme d’expertise comptable en 1983, Agnès Bricard s’est impliquée dans les associations de jeunes experts-comptables stagiaires afin de participer pleinement à la vie de la profession. C’est ce qui l’a conduite alors à présider l’Association nationale des experts-comptables stagiaires (ANECS) de 1981 à 1983. Partant du constat d’un déficit de création de cabinets indépendants et prenant modèle sur l’Agence nationale pour la création d’entreprises (ANCE), elle crée et préside le Club des jeunes experts-comptables (CJEC) de 1983 à 1985. Le CJEC avait pour vocation de regrouper les forces des jeunes professionnels, de favoriser les associations (capitalistiques ou non) et de mettre en place un partage des bonnes pratiques pour faciliter l’installation.Considéré comme une pépinière à son lancement avec 500 adhérents, il constitue aujourd’hui un véritable réseau avec environ 2 000 membres qui, au-delà de ses objectifs fondateurs, permet aux cabinets en surcroît d’activité ou souhaitant mettre en œuvre une mission exceptionnelle de disposer d’un vivier d’excellence pour développer des missions de sous-traitance qualifiées.Elle ouvre son cabinet en 1983 en s’associant avec Élisabeth Lacroix-Philips, rencontrée à l’ANECS, motivée par l’idée de pouvoir travailler en équipe et de grandir ensemble.Les étapes de cette création ont été l’occasion de modéliser en parallèle un dossier d’installation profitant à l’ensemble des jeunes professionnels du CJEC.

Dans le prolongement naturel de l’action menée auprès des jeunes professionnels, elle s’implique dans la vie des instances de la profession avec la volonté de faire bouger les lignes au service de ses confrères.Membre élue de l’Ordre des experts-comptables de la région Paris Île-de-France de 1987 à 2001, elle en assure la présidence en 2001 et 2002, période au cours de laquelle ont été développées deux bases documentaires en ligne, l’une sur l’évaluation(entrepriseevaluation.com), l’autre sur la prévention (entrepriseprevention.com), en vue de mettre à la disposition des experts-comptables de nouveaux outils au service de nouvelles missions.Présidente déléguée du Centre d’Information et de Prévention (CIP) au niveau de la région Paris Île-de-France, ainsi qu’au niveau national de 2002 à 2004, elle généralise les outils documentaires en ligne auprès de tous les acteurs de la prévention des difficultés des entreprises (avocats et tribunaux decommerce notamment).

Parallèlement une première réflexion était engagée avec la Chancellerie autour du rebond du chef d’entreprise et de l’assurance santé entreprise.Élue en 2005 au Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables elle occupe jusqu’en 2008 les fonctions de présidente du Club secteur public et du comité « Collectivités locales et associations ». Cette mobilisation au bénéfice de la commande publique a permis au Conseil supérieur d’obtenir un poste de représentant à l’Observatoire économique des achats publics (OEAP), poste qu’elle occupe depuis son installation, le 14 novembre 2005.

PREMIÈRE FEMME PRÉSIDENTE DE L’ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES !

Vice-présidente du Conseil supérieur de l’ordre des experts-comptables en 2009 et 2010, ses pairs l’élisent première femme présidente de l’institution en mars 2011 pour un mandat de deux ans qui s’achèvera en mars 2013.Après avoir été lauréate du prix La Tribune Women’s Awards (catégorie finance) et du Grand Prix Allianz 2011, elle fonde en 2012 la Fédération des femmes administrateurs et en assure la présidence jusqu’en 2014.Tout en poursuivant son engagement auprès des femmes administrateurs, elle lance en 2014 une association visant à prévenir et à traiter les difficultés des entreprises en relation avec une nouvelle forme d’assurance, « L’assurance santé entreprise ». En 2015, elle publie aux éditions Hachette le Guide du Routard du financement des entreprises, dont le tirage dépasse aujourd’hui les 125 000 exemplaires !

À l’heure où nous bouclons ces lignes,elle s’apprête à rejoindre en qualité d’administratrice « Pacte PME », une association présidée par Christophe de Maistre dont l’ambition principale est de : « renforcer les liens entre grands comptes et PME pour faire émerger de nouveaux leaders : ETI ».

UNE FEMME EN ACCORD AVEC SES CONVICTIONS

Après avoir reçu sa distinction, Agnès Bricard a chaleureusement remercié Paulette Laubie et Martine de Boisdeffre Elle s’est ensuite exprimée en ces termes pour clôturer la cérémonie de remise de l’insigne d’officier de la Légion d’honneur :

« Je veux seulement exprimer le premier sentiment qui est le mien au regard de cette distinction. Je veux simplement vous dire la première de mes convictions, c’est que je crois en l’Homme, cette merveille de la Nature, comme le disait Albert Jacquard. Capable du meilleur comme du pire, il est toujours là, à l’œuvre pour l’humanité. Je pense profondément que dans ce monde qui perd nombre de ses repères, nous avons un devoir d’exemplarité. C’est une chance, mais c’est aussi un devoir, que d’assumer notre responsabilité sociale et de faire notre métier d’être humain. Aujourd’hui, la République m’honore et cela me comble, j’ai une chance extraordinaire, celle de pouvoir agir et tout simplement vivre, en accord avec mes convictions et de pouvoir les partager avec vous. »

Source : Journal Spécial des Sociétés – numéro 33 – Mercredi 26 avril 2017

Cet article vous a plu : partagez-le !
-- PUBLICITE --
Le blog d'Agnès Bricard

Ces articles peuvent également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut